Quand un dessinateur de la maison Hermès expose à Paris… 

 

Hubert de Watrigant nous propose une nouvelle exposition « D’un monde à l’autre » du 28 septembre au 7 octobre 2017 à la galerie Etienne de Causans , 25, rue de Seine à Paris 6ème. Hubert de Watrigant est né en 1954 dans les Landes, d’une famille appartenant au monde hippique. Autodidacte, il obtient un prix de dessin à Rome en 1977 et enchaîne depuis salons et expositions. Il collabore depuis plusieurs années avec la maison Hermès pour laquelle il crée, entre autres, de nombreux carrés comme « Haras Nationaux », « Plaza de toros », « Ballet équestre », « Croquis de champs de courses »…


 Exposition permanente 

 

Nouveaux tableaux, toujours les toros, quand on aime..... J'en profite pour vous inviter à consulter la galerie des toros avec des nouveautés. Cliquez Ici



 Exposition « Des Toros pour Nimeño » 

 

La Madeleine 2017 sera l’occasion pour la Peña Taurine A los Toros de Mont de Marsan de rendre hommage à deux toreros chers au Plumaçon : Christian Montcouquiol Nimeño II et Iván Fandiño.  La Peña accueillera pendant les fêtes l’exposition montée par « Les Amis de Toros » en hommage à Nimeño II. Composée de 23 couvertures de la revue française Toros, elle permettra aux aficionados de redécouvrir le parcours du matador français à l’occasion de ses 40 ans d’alternative. Ouverture du local chaque soir après la corrida et le jeudi midi. D’autre part, l’actualité taurine nous ayant malheureusement bouleversés ces dernières semaines, cette Madeleine sera aussi le moment de rendre  hommage à Iván Fandiño. Les socios d’A los Toros proposeront une plaquette retraçant les actuations du matador basque au Plumaçon. Vernissage de l’exposition « Des Toros pour Nimeño » et présentation de  la plaquette hommage à Iván Fandiño : mardi 18 juillet à 18h00 au local de la peña, 2 rue Léon Lalanne à Mont de Marsan (en face des arènes). Entrée libre.


 

De Brezilion "Pouly" à François André,

 

70 ans d’une manade de Crau

 

 

 

 

 

Ce samedi 1 juillet, l’Aficion Taurine Beaucairoise a présenté, au casino municipal, l’exposition (éphémère) dédiée à l’élevage de François André.  Après 6 mois de travail de recherche, de rencontres d’associations taurines, d’associations professionnelles, le résultat a été  présenté à l’afición et aux personnes impliquées dans cette exposition. Comme le soulignait le président de l’ATB dans sa présentation, cette exposition est celle de tous. En effet, son financement a été réalisé par l’ensemble des associations taurines de course camarguaise ou de tauromachie espagnole. Preuve est de constater que lorsque l’aficion parle de taureau c’est avec un grand T. Qu’il soit Camargue ou espagnol le langage du toro reste  le même.

 

La famille Lautier, actuelle propriétaire de l’élevage, était présente au grand complet. C’est le regard plein d’émotion que Fréderic, gardian des 2 précédents propriétaires, s’est remémoré des souvenirs au travers des 8 panneaux, 2 grandes banderoles et divers azulejos rappelant les toros importants de l’élevage. La pièce maitresse de l’expo, l’arbre généalogique de la manade sur azulejo de 1m sur 0m80, montre la diversité génétique de cet élevage hors norme. Tous les gènes importants des  races de toros de combat sont présents, y compris, et c’est là sa spécificité, celui du taureau Camargue. En effet, l’histoire a débuté avec la famille Pouly qui élevait des croisés et dont François André, à partir des années 50, a modelé l’élevage tel qu’on le retrouve aujourd’hui. Très axé sur le type Santa Coloma-Cobaleda, venant d’un toro de réserve de Barcial récupéré aux arènes de Beaucaire en 1977, le François André a un morphotype très particulier. Nul doute que les « petits gris » qui sortiront fin juillet à Beaucaire porteront haut les couleurs de leur élevage. L’exposition sera présente à la bodega de l’ATB, au carré taurin des fêtes de Beaucaire, avant que tous les participants ne la remettent dans les mains de la famille Lautier, fin octobre, pour un dernier voyage jusqu’à la manade.



 Michel Volle 

 

A découvrir ou à redécouvrir sur son site. Cliquez Ici



 "Le Roi Henri" à Mont de Marsan 

 

Exposition de photographies de Michel Volle, Espace Toreart du 19 au 23 juillet. Michel Volle revient aussi à Mt de Marsan, avec "Le Roi Henri" pour la durée de la prochaine feria de la Madeleine. Il partagera avec son ami Loren l'espace Toreart pour y présenter l'exposition consacrée à Enrique Ponce, ainsi que l'ouvrage qu'il a réalisé pour évoquer sa carrière en France depuis 1990 année de son alternative.


 Quand Ch. Lacroix habillait Carmen 

 

Longtemps conservée dans un local dépendant des Arènes, une grande partie des costumes réalisés par le couturier Christian Lacroix pour l'opéra Carmen donné dans les arènes de Nîmes en juillet 1989, a rejoint les collections du Musée des Cultures Taurines. En proposant la redécouverte des plus emblématiques de ces pièces, des virevoltantes robes de gitanes à pois et à fleurs au splendide et funèbre costume de Carmen noir et or, dans l’esprit de la chaquetilla de torero, l’exposition met ainsi en valeur un fonds méconnu du grand public, complété par le prêt généreusement consenti par Christian Lacroix de certaines esquisses ou « maquettes » préparatoires, actuellement conservées au CNCS. Des documents d’archives et des photographies issues du fonds des archives municipales de Nîmes, des captations audiovisuelles mises à disposition par l’INA, restituent les images du spectacle de 1989, tandis que sont évoquées d’autres représentations de Carmen dans les Arènes, antérieures à cette date, grâce à quelques rares documents d’époque extraits des collections du Musée du Vieux Nîmes et des Cultures Taurines.